Menu
Voyages & Strat Voyages & Strat
Le magazine du tourisme d'affaires à l'international
Voyages & Statégie

Fortaleza, au pays de l'aventure douce

La rédaction
02/05/2019

Dunes, lagunes et plages de sable roux, blanc ou même rosé... cette côte enjôleuse tournée vers l'Atlantique déroule des paysages de toute éternité sous un soleil éblouissant. Fortaleza, métropole moderne et décontractée, en est l'épicentre.


Dolce vita à Fortaleza

Les marins portugais faisaient escale à Fortaleza pour se ravitailler en viande séchée avant de traverser l'Atlantique ; mais la ville ne s'est vraiment développée qu'au XIXè siècle, quand la valeur du coton de la région à été boostée par la guerre de Sécession américaine.

Le plan haussmannien de son centre historique préfigure la métropole en damier aujourd'hui. Il est très animé car toute la province vient de se ravitailler à la "capitale" (5è ville du Brésil, avec près de 2 millions d'habitants). Le front de mer, lui, se donne des petits airs de Copacabana. Surtout la nuit. À chaque soir, son lieu fétiche. Et à chaque lieu, son style de musique. Avec quand même une prédilection pour le "forro", dont les rythmes lascifs donnent irrésistiblement envie de danser ! Parmi les incontournables : O pirata et son décor de galion grandeur nature et Armazem, un entrepôt reconverti. Pour dîner avant de se déhancher, on visera le Jardim do Alchimyst, installé dans un ravissant jardin tropical. Ou Coco Bambu, 'The" adresse pour les fruits de mer.

Une ville à la plage

Fortaleza, au pays de l'aventure douce
La plage d'Iracema porte le nom d’une héroïne de José de Alençar - le Zola brésilien. La statue stylisée de la belle Indienne est le lieu de rendez-vous de la jeunesse locale. Plus à l’est, c’est Meireles et son marché artisanal. Enfin, Mucuripe et ses pêcheurs. Pour se baigner, mieux vaut toutefois pousser jusqu’à Praia do Futuro, ainsi baptisée parce qu’un promoteur avait présumé il y a quarante ans que la ville allait se développer de ce côté.

Mauvais pronostic : le quartier est toujours en devenir. La plage, en revanche, est merveilleuse ! Immense, sauvage, avec du sable doux comme du cachemire et des « barracas » (restaurants) plus ou moins sophistiquées. En version MICE, c’est l’endroit idéal pour une journée ludique : baignades à gogo, initiation au kitesurf, démonstration de capoiera, match de foot… Parfait également pour une joyeuse soirée, langoustes grillées et animation musicale incluses.

En buggy vers Jeri

Fortaleza, au pays de l'aventure douce
Un habitable minimaliste à la couleur acidulée, un moteur de Coccinelle et une grisante sensation de liberté : c’est en buggy qu’il convient d’explorer les plages de la région. Toutes les cinq heures, l'océan recule d'un bon kilomètre et c'est alors un vrai plaisir de que filer à toute allure sur le sable mouillé des plages infinies. Mais attention : il remonte tout aussi vite et il faut étudier attentivement le calendrier des marées pour prévoir son escapade. En prime : gommage au sable et brumatisation à l'eau de mer ! Parfois, il faut  recourir à une "lancha" ( un gros radeau) pour franchir une rivière ou une lagune.

On admire l’élégance des surfeurs, on dépasse des villages du bout du monde, on se baigne dans des eaux cristallines et on s’offre un festin de poissons frais à l’heure (élastique !) du déjeuner. S’attarder pour la sieste dans un hamac tendu entre deux cocotiers est fort tentant, mais la mer monte… Alors on file ! Sans les forêts d’éoliennes qui apportent une touche post-moderne à ce décor éternel, on pourrait se prendre pour l’un des hippies qui
ont « lancé » la région…

Le décor féérique de Jericoacoara

Fortaleza, au pays de l'aventure douce
Nulle route ne mène à Jericoacoara… Comme un mirage, le village surgit au détour d’un décor de dunes fantasmagoriques. Des rues de sable, pas d’éclairage public ni de bâtiment en hauteur : « Jeri » - comme l’appellent ses amoureux - est une délicieuse anomalie balnéaire. C’est aussi l’épicentre d’un parc national qui protège un écosystème réunissant dunes dorées,
rochers sculptés par l’érosion et lagunes d’eau douce…


L’aéroport inauguré l’an dernier (à une trentaine de km) va probablement tout changer mais, pour le moment, on y vit pieds nus - à la limite en tongs ! - et en toute harmonie. Hippies à l’ancienne, fans de kitesurf et touristes chics cohabitent sereinement. Jericoacoara est aussi l’un des rares endroits du monde où le rayon vert se donne parfois en spectacle dit la légende. Alors, un peu avant le coucher du soleil, tout le monde se dirige vers la dune Pôr do sol, l’espoir au coeur… Avec ou sans rayon - le plus souvent sans ! - le spectacle subjugue… Une fois la nuit tombée, les danseurs de capoiera prennent possession de la plage argentée. Puis, c’est l’heure de la « caïpi » des gargotes, avant de dîner sous les étoiles. Le bonheur, tout simplement ! 

 


Canoa Quebrada, le "Broadway" local

Fortaleza, au pays de l'aventure douce
Comme Jericoacoara, ce fut d’abord un repaire de hippies. Posé en surplomb d’une falaise rouge, le village de pêcheurs est devenu une charmante station balnéaire. La rue principale où se concentrent la plupart des bars et restaurants s’appelle Broadway ! Une version brésilienne et bon enfant du mythe, où la fête dure souvent toute la nuit… Sur la plage, les traditionnelles « barracas ». 

Et tout autour, dunes et falaises dont les couleurs "bougent" avec la lumière. En buggy, on pourra filer encore plus loin et rallier Punto Grosso, qui marque la frontière avec la région voisine.
Notez


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 18 Juin 2019 - 14:14 Afrique du Nord, la fin du purgatoire ?






LIRE NOS PRÉCÉDENTS NUMÉROS



Nos autres publications