Menu
Voyages & Strat Voyages & Strat
Le magazine du tourisme d'affaires à l'international
Voyages & Statégie

Boston, aux origines des Etats-Unis

Thierry Beaurepère
17/01/2019

On dit de Boston qu'elle est la plus européenne des villes américaines. Et c'est vrai ! Son patrimoine historique et son offre culturelle valent qu'on s'y arrête au moins deux jours.


Quand le "old" est tendance...

Boston, aux origines des Etats-Unis
Ici, tout est "old", comprenez "vieux" : le Boston Common (le plus ancien parc américain), Old State House ou l'église Old North Church. Logique ! C'est dans la région de Boston que s'installèrent les premiers colons débarqués du Mayflower, en 1620. 

Le long du Freedom Trail, un tracé de 4,5km peint sur les trottoirs, la ville dévoile son histoire à travers seize monuments. 
On les découvre à pied, à vélo, en segway; lors d'une chasse aux trésors ou dans les pas d'un guide en costume d'époque pour ajouter au folklore. 
Mais toujours en se ménageant des pauses pour se mettre au diapason des Bostoniens : une dégustation sur les pelouses du parc où l'on faisait jadis paître les moutons avant de pendre les sorcières; un brunch dans un chic café-restaurant, agrémenté d'un concert de jazz; une halte chez un antiquaire de Charles Street… 

On reprend des forces à Faneuil Hall, les anciennes halles qui bruissent aujourd'hui du brouhaha des boutiques et restaurants, avant d'explorer le pittoresque quartier de Beacon Hill. 
Avec ses ruelles pavées de briques (sublime Acorn Street !), ses immeubles victoriens et ses authentiques réverbères à gaz, la promenade est délicieusement rétro. 

Voyage entre deux mondes

Si Boston peut être "vintage", le Nouveau Monde n'est jamais loin, à découvrir depuis Prudential Tower qui domine Copley Square.
228 mètres… autant que notre tour Montparnasse. 
De là-haut, derrière les vitres de l'observatoire, la métropole dévoile ses contrastes. Architecture du passé et constructions modernes s'y entremêlent, sans jamais choquer. 

A l'image de l'église Trinity Church dont les toits de tuiles se reflètent sur la façade de verres de John Hancock Tower, le gratte-ciel emblématique construit par Pei (l'architecte de la pyramide du Louvre) en 1976; ou de la Massachussetts State House (assemblée régionale) dont la coupole dorée à l'or fin émerge au milieu des tours de Downtown. 

Si la Skyline est moins spectaculaire que celle de New York ou Chicago, elle est magnifiée par l'Atlantique qui lèche la ville, par les interminables avenues bordées d'immeubles de briques ou de gré aux toits mansardés, notamment dans le chic quartier de Back Ray

A défaut de déjeuner au sommet de la Prudential Tower, les groupes pressés se contenteront d'une collation servie au Top of the Hub, le restaurant situé au 52e étage. 

Sur les bancs de l'université

Boston, aux origines des Etats-Unis
Des dizaines de prix Nobel ont usé leurs fonds de culotte sur ses bancs, qui ont aussi accueilli huit présidents des Etats-Unis, dont Barack Obama. 
Mais il suffit de s'installer aux terrasses des cafés d'Harvard Square pour constater qu'on sait aussi s'amuser… 
Mark Zuckerberg, qui créa Facebook pendant son cursus universitaire, ne dira pas le contraire ! 

Aux portes de la place, au-delà de la grille en fer forgée de Johnson Gate, la voilà donc cette fameuse Harvard University, la plus célèbre université du monde.
On l'associe à Boston. En réalité, elle trône au cœur de Cambridge, la ville qui s'étire de l'autre côté de Charles River.

Plus qu'une université, c'est une ville dans la ville, avec ses 400 bâtiments de briques disséminés dans la nature, sa prestigieuse bibliothèque Widener, ses musées… 
Guidée par un étudiant, la visite façon "Le cercle des poètes disparus" se teinte d'anecdotes croustillantes.

Les fans d'architecture préféreront le Massachussetts Institute of Technology (MIT) voisin, l'autre grande université de Cambridge. 
Le campus abrite des bâtiments signés des plus grands architectes, de Pei (encore lui !) à Franck Gehry. 
 

A la rame... ou en bateau !

En octobre, la Charles River est le théâtre de la plus grande régate d'aviron du monde (la Head of the Charles) qui voit s'affronter 7 500 rameurs ! 
Depuis le Harvard Weld Boathouse, un bâtiment au toit de tuiles qui fleure bon la vieille Europe, on ne rate rien de la compétition. 

Si la course est un excellent prétexte pour un voyage à Boston en automne, le fleuve est aussi l'occasion de s'initier à la rame en rythme, lors d'un challenge sportif. 
Votre groupe préfère la jouer "petits bras" ?... Contentez-vous d'une croisière avec Charles River Boat Tour (145p. maxi). 
Les engins amphibies de Boston Duck Tours, qui explorent la ville avant de plonger dans la rivière, connaissent également un beau succès. 

Pour le grand large, on préférera une croisière au départ de Waterfront, animé par les ferries qui filent à Cape Cod et par les excursions pour approcher les baleines. Les requins, eux, se découvrent dans le New England Aquarium
Une rampe s'enroule autour d'un gigantesque bassin haut de 4 étages, pour ne rien rater du spectacle. On peut même organiser un cocktail (forcément givré) au milieu des pingouins !
 
Découvrez le dossier en intégralité sur le magazine en ligne
Notez


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 18 Avril 2019 - 10:45 Dubaï : un avenir sans aucune limite...

Jeudi 18 Avril 2019 - 10:24 Corse : le MICE en beauté






LIRE NOS PRÉCÉDENTS NUMÉROS



Nos autres publications