Menu
Voyages & Strat Voyages & Strat
Le magazine du tourisme d'affaires à l'international
Voyages & Statégie

Miami, festive et créative

Stéphane Jaladis
11/07/2017

La vibrante métropole propose un plongeon au coeur de la culture latino-américaine. Le jour, sur ses plages ou à la découverte de son intense scène artistique et culturelle ; la nuit, dans ses clubs à l’ambiance électrique. Pas étonnant que les entreprises adorent !


Des quartiers aux ambiances tranchées

©DR
©DR
​Quel choc ! Les gratte-ciel futuristes au luxe ostentatoire poussent comme des champignons, les pieds dans l’eau. C’est certain, la crise immobilière de 2008 n’est plus qu’un lointain souvenir ! En 2017, Miami est une ville dynamique à l’économie florissante, dont 65 % de la population est hispanique ou latino.

La création en 2000 de la foire Art Basel (chaque année début décembre) en a par ailleurs fait une place culturelle majeure. Les lieux arty – officiels ou « underground » - fleurissent et de nouveaux quartiers (Design District et Wynwood) attirent les « fashion people »… et dans leur sillage les entreprises, qui veulent donner une image « trendy » à leurs opérations. Le mouvement semble perpétuel.

Aujourd’hui, c’est Little Haïti qui voit à son tour débarquer artistes et galeries d’art ; idéal pour ceux qui veulent être dans le « move ». Et un plan de relance du quartier bohème de Coconut Grove est annoncé d’ici 2020.

« So Be », l'image de Miami

Un an après l'exposition internationale des Arts décoratifs de Paris, South Beach fut ravagé par un ouragan, en 1926. Le quartier renaît et connaît son heure de gloire dans les années 1940, porté par 800 édifices « art-déco ».

Tombé en désuétude, « So Be » (pour les initiés)  est redevenu « the place to be » dans les années 1980/90, porté par les shooting de mode, la rénovation des immeubles colorés aux lignes rondes et d'adresses mythiques comme l'hôtel Delano ; mais surtout aux films et séries télé. Aujourd’hui encore, même si le flux des touristes lui a fait perdre son atmosphère «exclusive», il demeure prisé pour ses longues plages propices aux team-buildings, son ambiance cool et glamour.

La nuit tombée, les bars d’Ocean Drive, Collins Avenue et Lincoln Road s’embrasent. Même si désormais, les « locaux » préfèrent s’encanailler du côté de Purdy Avenue et Sunset Harbour. C’est là-bas qu’il faut aller pour surprendre !

Street art à Wynwood

©DR
©DR
Qui aurait cru que ce quartier d’entrepôts deviendrait la coqueluche de la planète « fashion » ! Depuis que des artistes de street-art en ont fait leur terrain de jeu, les murs graffés de Wynwood se visitent comme une galerie d’art.

Le phénomène lancé en 2009 aurait pu s’émousser. Il n’en est rien ! À chaque mois sa nouvelle ouverture, son nouveau vernissage… Les bars et restaurants branchés s’égrènent le long de trottoirs devenus lieux de promenade; les galeries d'art et les fondations privées - comme The Margulies Collection at the Warehouse et la Gary Nader Art Centre (privatisable) bataillent pour exposer les stars de l’art contemporain.

La visite de Wynwood s'effectue à pied ou en voiturette de golf (6 places). Dans le pur esprit du street-art, les fresques murales changent régulièrement; notamment lors d'Art Basel qui donne lieu à de véritables performances. Stop incontournable: le Wynwood Walls Garden concentre quelques œuvres fameuses d'artistes internationaux. L'ensemble (avec son restaurant) est privatisable.

Plus abordable pour des évènements de 25 à 300 personnes, le nouveau Wynwood Art Cafe & Art Gallery (tenu par des Français) est tout à la fois un restaurant, une galerie d'art et un bar qui s’anime au son des DJ. Ambiance assurée !

Downtown, le renouveau…

Sillonné par un métro automatique (et gratuit !), Downtown n’en finit plus de renaître, entre tours d'habitations et hôtels de luxe. On y travaille toujours mais désormais, on s’y amuse et on y vit !

Le phénomène est particulièrement visible à Brickell, dynamisé par l’ouverture récente de l'East Hotel et du centre commercial City Centre à l'architecture audacieuse, avec son toit de verre. Plus au nord, çà bouge aussi !

Dans Museum Park, le flambant neuf Phillip and Patricia Frost Museum of Science (nombreux espaces pour le MICE) fut l’événement du printemps. Son écrin blanc à l’architecture aérienne s’ouvrant sur la baie abrite pêle-mêle un planétarium, des aquariums (dont un large bassin aux requins), des aéronefs de tous types et même un dinosaure ! Voilà une alternative scientifique et ludique au Perez Art Museum voisin. Ouvert en 2013, il est dédié aux arts des XXème et XXIème siècles.

Biscayne Bay à fond la caisse !

©DR
©DR
Le Zodiac d'Ocean Force Adventures (six personnes) ne craint pas les excès de vitesse ! Au départ de Miami Beach Marina, il propose une découverte décoiffante des 5 îles artificielles de Biscayne Bay.
D’abord la petite plage de Monument Island et les propriétés de millionnaires de Star Island, de Naomi Campbell à Shaquille O'Neal. Le bateau approche ensuite les paquebots géants amarrés dans le port de croisière, avant de filer vers le large et Key Biscayne, l’île aux deux visages.
Aux sempiternelles villas de luxe répond un phare centenaire et une jolie plage naturelle. Alors qu’au large, d'étonnantes maisons sur pilotis égaient l’horizon. Aujourd'hui abandonnées, certaines connurent leur heure de gloire durant la prohibition, lorsqu’elles servirent de tripots clandestins ! La skyline du financial district, puis la remontée de la Miami River bordée de sa forêt de buildings, a vite fait de faire oublier ce sulfureux passé… 
Notez


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Novembre 2017 - 17:16 La Zona Cafetera, une région forte en goût !

Mercredi 22 Novembre 2017 - 16:51 Carthagène, joyau colonial et fiesta caraïbe





Inscription à la newsletter

LIRE NOS PRÉCÉDENTS NUMÉROS



Nos autres publications et guides